La formidable Brigitte Faure rejoint “Onéguine”

Brigitte Faure

Grain de Scène a l’immense privilège de collaborer avec la grande actrice Brigitte Faure, qui tiendra le rôle de la Nourrice et Madame Larina dans “Fragments pour Onéguine” le 13 septembre 2018 au Théâtre Gauthier à Chênes-Bougeries

Oneguine_Affiche_Chênes_Bougeries

Suggérons le concept marketing du « trois en un » pour définir la palette artistique de Brigitte FAURE : la comédienne, la chanteuse, la comédienne/chanteuse avec option danse. La comédienne a un registre très large et un C.V fourni. La jubilation qu‘elle éprouve et qu’elle communique en jouant le drame et la comédie sur la scène d’un théâtre en fait son domaine de prédilection. Mais Patrick Grandperret, Nina Campanez, Topor et Jodorowski ont fait appel à ses compétences pour le cinéma et la télévision. La chanteuse et sa tessiture de soprano, ainsi que sa gouaille héritée d’Arletty excelle dans le registre de la chanson populaire. Elle n’est pas moins brillante dans celui de l’opérette et de l’opéra bouffe puisque ses cordes vocales possèdent parfaitement de nombreuses partitions du patrimoine lyrique. Citons surtout, mais pas uniquement, celles d’Offenbach. La comédienne/chanteuse fut plus largement révélée lorsque Virginie Lemoine écrivit « Une Diva à Sarcelles » et lui confia le rôle de la Diva. Elle y atteignit le sommet de son art et le spectacle fut nommé aux « Molières » dans la catégorie « meilleur spectacle musical 2010 ». Dominique Guillo lui confie ensuite le truculent rôle d’Odette dans « Coiffure et confidences » qu’elle joue pour 2 tournées en France et en Suisse et au théâtre Michel, puis Virginie Lemoine la dirige dans « Le Bal » d’Iréne Némirovski, succès d’Avignon repris au théâtre Rive Gauche. Anne Bourgeois lui offre le rôle en tournée de Marie dans « Hôtel des 2 mondes » d’Eric Emmanuel Schmitt. Si l’exhaustivité n’est pas ici de mise, il est néanmoins utile de compléter ce portrait en évoquant la formation artistique de Brigitte, son 1er Prix à l’unanimité au conservatoire d’Art Dramatique de Dijon et son année de Classe Libre au cours Florent avec Francis Huster et Pierre Romans pour professeurs, en dévoilant qu’elle sévit avec succès dans le domaine du doublage, et en dénonçant sa passion pour les langues : Licence de Russe, Deug d’Anglais, Deug de Chinois mandarin.

En Suisse vous avez pu admirer Brigitte Faure dans “Le cas de la famille Coleman” de Claudio Tolcachir à Vevey en 2014, “Le Bal” d’Iréne Némirovski à Genève, à Rolle, à Le Rosey et à Pully au théâtre de l’Octogone en 2015, “La diva à Sarcelles” de Virginie Lemoine à Savièse et à Vevey en 2014, “Coiffure et confidences” de Robert Harling  à Coppey et à Gland en 2017, “Hôtel des 2 mondes” de E.E Schmitt à Saint Maurice et à Bern en 2018.

 

 

Previous

Next

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *